Pierre JOXE Flux

Guerre du Golfe 1991 : lettre d’un ancien des OPEX à Pierre JOXE, membre du Conseil Constitutionnel.

 

Ci-dessous une lettre envoyée par Vincent FILIMOEHALA, vétéran de « l’Opération Daguet », à Pierre JOXE, ancien ministre de la Défense, membre du Conseil Constitutionnel, au sujet des indemnités de la guerre du Golfe et de la prime de guerre promise.

 

                                le : 29/06/2015.

  

                                Monsieur FILIMOEHALA     Vincent

                                à 

                                Monsieur le Ministre Pierre JOXE

                                CONSEIL INSTITUTIONNEL

                                2, rue Montpensier

                                75001  PARIS

« Par la voie hiérarchie »

 

OBJET : Demande à titre de reconnaissance pour service rendu à la Nation.

Sortie du Livre « Les Milliards disparus de la division DAGUET ».auteur : (Mr Jean-Charles DUBOC) déjà en vente libre sur (Amazon.fr).

 

                                             Monsieur le   Ministre,

 

           Dans le cadre de la sortie du livre « Les Milliards disparus de la division DAGUET », que j’ai l’honneur de bien vouloir vous solliciter toute votre attention  à l’égard de l’histoire du livre qui révèle l’affaire  celui des « Indemnités de la guerre du Golfe 1991 » qui auraient dû être versés aux militaires.

             En effet, c’est au mois de Juillet 1992, que nous avions été convoqués auprès de haute autorités militaires venus de Paris, au bureau « trésorerie » du 137°RI-CMFP de Fontenay-le-Comte, pour ainsi procéder aux virements de nos propres indemnités de la guerre du Golfe 91.  Nous étions  au sein de la compagnie de la garnison  et de différents régiments d’appartenances à bénéficier des primes de guerre comme prévus dès notre retour de mission.  Le montant était de (600 milles francs) à l’époque soit plus de (100 milles euros) à ce jour lors de notre signature auprès d’autorités militaires venus de l’Etat-major de Paris à cet effet.  Au début de l’année 1993, l’un de mes camarades (Caporal Lebrun Bernard) m’avise que le virement est bien arrivé sur son compte, ainsi que plusieurs de mes compatriotes du régiment.  Or,  c’est avec stupéfaction et désillusion que j’apprends par ma conseillère à l’agence Société Général (Sablon) 72, m’avise que la somme (600 milles francs) correspondant a ma prime versée sur mon compte  avait été bloquée, pour sans motif valable ..?   Ce même jour, je reçois un appel téléphonique (x)  me demandant de rendre la somme perçus, en échange d’une menace  de « mort » à mon encontre et ma famille. Ainsi, ces menaces ont été proférées à l’ensemble de mes militaires d’actives à l’époque des faits.

                                                                                                                                                  C’est dire ! Au combien il me convient à présent que je sorte du silence avec la sortie du livre. Pour ainsi vous  révéler après 24 années maintenant que nous sommes ainsi soumis aux silences et cela depuis la mort subite de l’ex-premier Ministre (Bérégovoy) qui semble-t-il ?avait donné un avis favorable  à  sa signature aux versements de nos indemnités de la guerre du Golfe 1991, selon (Bercy) à l’époque des faits à l’origine des opérations de traitements des indemnités.

            Dans l’attente de vous lire ou de vous entendre dès lors d’un éventuel entretien avec vous  que je vous joints au  courrier les (copies) de mes propres interventions écrites,  auprès du  président de la République (M. François Hollande) – (M. SARKOZY Nicolas) – et de monsieur le ministre des finances  (M.SAPIN Michel).

           Ps : n’ayant pas eu de réponse de la part du ministre de la Défense (M. Jean-Yves Le Drian), je ne peux dans l’immédiat vous faire savoir quel sont les résultats des recherches sur les archives de la Défense.        

            Ainsi, c’est en me confiant à vous très personnellement qui à l’époque ou vous siégez  en tant que  ministre de la Défense du : (29/01/1991 au  09/03/1993)  sous l’institut de  (M. François Mitterrand). Afin que  mes actions menés jusqu’à ce jour puisse enfin aboutir à la régularisation de mes propres indemnités pour service rendu à la Nation et en vous remerciant bien par avance pour toute l’attention portée à mon égard.

 

           Daignez agréer, Monsieur le   Ministre, l’assurance de mon profond respect.

  

                                                   Mr FILIMOEHALA  Vincent

                                              (Membre des OPEX-UNC du Val d’Oise-95).